Porcelaine et Faïence

Le passé glorieux de Sarreguemines

 

 

 

Il fut un temps où aux Fayenceries de Sarreguemines travaillaient 2300 personnes pour réaliser des objets divers en porcelaine et en faïence.

 

De cette activité prestigieuse, il ne reste plus rien aujourd'hui, sauf deux musées et un lieu de vente de fabrications réalisées ailleurs, et notamment à Digoin et à Vitry-le-François.

 

Et puis, le lecteur avisé pourra encore y faire l'emplette d'un ouvrage de 240 pages intitulé SARREGUEMINES

LES MARQUES DE FABRIQUE

 

Ce dernier reproduit de nombreuses marques en creux, imprimées et en relief, qui au fil des ans ont identifié les produits réalisés à Sarreguemines et commercialisés, à l'origine, sous la marque UTZSCHNEIDER, du nom du fondateur, puis Sarguemine dans l'orthographe ancienne du nom de la ville, sans s final, puis Sarguemines. Des pièces portant cette marque ont été déposées au Musée de Sèvres en 1819 et en 1835.

 

Déposée en août 1886, apparaît la marque U.C. pour Utzschneider et Compagnie surmontant la lettre S pour Sarreguemines. Elle se rencontre notamment sur des objets utilitaires en terre rouge ou jaune et des objets de fantaisie, puis s'éteindra avec le premier conflit mondial.

 

Plus tard, on retrouve la marque Sarreguemines en lettres d'imprimerie minuscules avec un S majuscule en initiale sur des pots à crème pour la peau et des boîtes de savon à barbe en faïence et en masse bleue de la Maison Roger et Gallet, commercialisés en 1893 et 1911.

 

A partir de 1879, construite en 1876 pour faire face aux droits de douane élevés et rester compétitif en France, l'usine de Digoin produit sous la marque Digoin et sous Digoin U.C. surmonté du mot Sarreguemines.

 

Cette marque apparaît aussi sous la forme du blason de Lorraine.

 

En 1881, les droits de douane furent remplacés par des droits spécifiques et il fut alors avantageux d'exporter des marchandises en vrac. C'est ainsi que fut décidée la construction d'un entrepôt à Vitry-le-François où les marchandises arrivaient de Sarreguemines par le canal de la Marne, étaient reconditionnées, puis expédiées à leurs acheteurs par chemin de fer.

 

Vitry-le-François devint alors succursale de Sarreguemines, tout comme l'était Digoin.

 

Lors de la première annexion de l'Alsace et de la Moselle à l'Empire Allemand après 1870, la marque utilisée sera dans un cercle sous la forme des lettres V.D.P., qui correspondaient au sigle de la "Vereinigung Deutscher Porzellanfabriken zur Hebung der Porzellan-Industrie" (en français "association des manufactures allemandes de porcelaine pour la promotion de l'industrie de la porcelaine). Ce groupe comportait 77 porcelainiers, dont Sarreguemines était le n° 70. Ce chiffre accompagnait la marque.

 

Après le retour de l'Alsace-Moselle à la France, la nouvelle marque sera tout naturellement SARREGUEMINES

FRANCE

présentée dans un rectangle.

 

A signaler aussi que le "8 mars 1920, les deux sociétés "Utzschneider et Cie de Sarreguemines" et "les Etablissements de Digoin, Vitry-le-François et Paris" fusionnèrent sous le nom de "Faïenceries de Sarreguemines, Digoin et Vitry-le-François", société anonyme au capital de 15 000 000 F, ayant son siège à Paris, rue de Paradis, n° 28 avec effet du 1er juillet 1913" (Hiegel, Histoire des faïenceries de Sarreguemines - cité dans l'ouvrage susvisé Sarreguemines Les Marques de Fabrique, page 67).

 

En conséquence, on retrouvera par la suite, la nouvelle marque S D V pour Sarreguemines, Digoin et Vitry-le-François.

 

En 1972 est créée par Elisabeth Pax, la marque formée d'un S stylisé avec présence ou non des mots France et Sarreguemines.

 

Voir à ce sujet le dépôt ci-dessous de la marque

 

 

[image]

déposée le 19 mars 1973 à l'INPI sous le n° 148 801 et enregistrée sous le n° 866 186 au nom des Fayenceries de Sarreguemines, Digoin & Vitry-le-François avec renouvellement le 17 mars 1983, le 25 février 1993 et le 10 janvier 2003.

 

La marque Sarreguemines est ainsi un bel exemple de l'évolution, en raison notamment des circonstances politiques, d'une marque qui, après s'être identifiée au nom des fondateurs de la faïencerie, s'est transformée en nom de la Ville où étaient à l'origine fabriqués les produits concernés, pour enfin se moderniser sous la forme d'un S majuscule stylisé.

 

De surcroît, c'est l'exemple même d'une marque qui a subsisté au lieu initial de fabrication, pour se détacher par la suite de ce dernier et se retrouver sous la forme d'une marque n'ayant plus de liens avec le lieu de fabrication d'origine.

 

A ce titre, elle aurait mérité d'être accompagnée de la mention ® pour bien signifier qu'elle est devenue une pure marque (voir à titre de comparaison Kronenbourg® pour des bières fabriquées à Obernai, Mutzig® pour des bières fabriquées par Heineken à Schiltigheim).

 

Il s'ajoute que, comme toute marque notoire, elle a donné lieu à la naissance de marques pouvant prêter avec elle à confusion.

 

Exemples :

Sarreguemines : marque d'une faïencerie d'art créée à Hambach en juillet 1989 par M. Yves Utzschneider, avec arrêt de la production en 1993 et transfert à Diemeringen sous le nom de ANICK SIGNATURE.

 

SARREGUEMINES FRANCE écrit en noir à la main et recouvrant une autre marque en creux SARRE VENICE mal formée - voir reproduction ci-dessous de ce faux.

 

[image]

 

 

Enfin, pour mémoire on citera qu'à Sarreguemines ont été fabriquées les faïences signées par le dessinateur Loux et qui ont donné naissance notamment au service de table dit Obernai, du fait qu'un tel service complet fut commandé à l'origine par un restaurateur d'Obernai. Les assiettes de ce service portaient initialement la reproduction de quatre motifs floraux ayant figuré sur le pourtour de l'assiette, alors que sur les produits actuels ne figurent que trois motifs.

 

Cette production a aussi donné naissance, au fil des ans, à plusieurs marques reproduites ci-dessous :

 

 

 

[image]

 

de 1904 à 1906 de 1907 à 1918 1919

 

 

 

[image]

 

de 1920 à 1939, associé côté Pendant de 1945 à 1967, associé côté

face à 4 fleurs sur l'aile la seconde guerre mondiale face à 3 fleurs sur l'aile

 

 

Là aussi il s'agit d'un intéressant exemple de l'adaptation d'une marque faîtière Utzschneider, puis Sarreguemines, aux circonstances évolutives, notamment politiques.

 

Que de leçons à en tirer !